Questo sito usa cookie per fornirti un'esperienza migliore. Proseguendo la navigazione accetti l'utilizzo dei cookie da parte nostra OK

Les soldats italiens inhumés en France (1ère Guerre Mondiale)

 

Les soldats italiens inhumés en France (1ère Guerre Mondiale)
  • En Argonne (Meuse), 2300 volontaires d'origine italienne, la plupart résidant en France, sont venus combattre à la fin de l'année 1914... Rendus célèbres par la chemise rouge sous leurs capotes, ils formaient le Bataillon Garibaldi en hommage à Giuseppe Garibaldi, l’un des pères fondateurs de l’Italie. >>>
    cliquez ici

LES NECROPOLES MILITAIRES ITALIENNES DANS LA CIRCONSCRIPTION CONSULAIRE DE METZ (Lorraine, Champagne-Ardennes et Bas-Rhin)

Elles sont au nombre de deux (statut juridique de nécropole militaire):
- cimetière militaire italien de Bligny (Commune de Chambrecy dans la Marne)
- cimetière militaire italien de Metz-Chambière (Moselle)

  • Les pélérinages  annuels à la mémoire des soldats italiens inhumés dans ces nécropoles. Ils sont organisés en présence de l'Attaché militaire italien (Ambassade d'Italie à Paris), des Autorités civiles et militaires françaises, des associations d'anciens combattants italiens et français, des associations "Alpini", des portes-drapeaux italiens et français, des présidents d'associations italiennes.

Cérémonies du souvenir à Bligny: au mois de septembre (le samedi le plus proche du 12 septembre);

 

Nécropole militaire de Bligny (Marne)


  • Pour accéder à la liste des soldats italiens inhumés à Bligny cliquer sur le
    lien suivant
    : SOLDATISEPOLTIABLIGNY.xls (nom, prénom, date et lieu de naissance, date (ou supposée) du décès, arme d'appartenance)

    - Cérémonies du souvenir à Chambières: le vendredi après-midi ou le samedi matin le plus proche du 11 novembre.
    Monuments à la mémoire de soldats italiens tombés sur les champs de batailles (1ère Guerre mondiale):
    - Commune de Lachalade dans la Meuse (Monument aux Garibaldiens)
    Les Garibaldiens dans la Meuse et la Nécropole Militaire italienne de  Bligny (Marne) (site internet)
    Les GARIBALDIENS: Les combats de l'Argonne (1914-1915) (site internet)

    LA NECROPOLE MILITAIRE ITALIENNE DE METZ CHAMBIERES (89 tombes)

    Nécropole militaire italienne de Metz-Chambière:

      

  • POUR ACCEDER A LA LISTE DES SOLDATS ITALIEN INHUMES A METZ-CHAMBIERE > CLIQUER ICI
  • Le carré militaire italien, entretenu par le Consulat Général d’Italie à Metz, pour le compte du Ministère italien de la défense, a été inauguré le 29 mai 1927 en présence de notamment Jean Pierre JEAN Délégué Général à l’époque du Souvenir Français et le Général Hirschauer.
    89 corps de soldats et officiers italiens faisant partie du II° Corps d’Armée italien (41.000 hommes) commandé par le général ALBRICCI comprenant les 3° et 8° Divisions d’Infanterie comprenant les Brigades d’Infanterie de Naples , de Salerne, de Brescia, des Alpes, des Unités de cavalerie , du génie et des services d’artillerie qui combattront dès mai 1918 sur le front de la Marne.
    Parmi les 4.851 soldats italiens tombés en France en 1918 ceux qui reposent essentiellement dans le grand Est sont inhumés dans les cimetières suivants : Bligny (Marne : 3.040 tombes et un ossuaire de 400 corps)
    Soupir (Aisne : 592 tombes)
    Metz-Chambière (Moselle : 89 tombes)
    Les Nécropoles de Bligny et de Chambière sont entretenues par le Gouvernement Italien (Commission "Onorcaduti" du Ministère italien de la Défense) en collaboration avec la Direction Interrégionale des Anciens Combattants de Lorraine-Champagne-Ardennes.
    La Nécropole de Bligny est une propriété foncière de l'Etat italien, donc une enclave territoriale italienne dans le département de la Marne.
    Le Consulat Général d'Italie à Metz assure le suivi de cet entretien.
    La  Nécropole de Bligny est dotée d'un gardien qui habite sur place.
    Ces lieux de mémoire sons accessibles toute l'année.
    Pour Bligny il vous est possible de prendre contact directement avec le gardien: 
    Monsieur Daniel LAHOTTE - Tél.: 0326404617 - 0670457548 -daniel.lahotte@wanadoo.fr 
    Il est également dépositaire des registres des soldats inhumés dans la nécropole.
    Le Consulat Général d'Italie à Metz est dépositaire du registre des 89 soldats inhumés à Metz-Chambière.
    Pour tout renseignement ou recherche de nom (Chambières et Bligny):
    Tél. 0387385871 - E-mail: segreteria.metz@esteri.it

    Les forces armées italiennes (4 armes) (site internet)

    HISTOIRE ET MEMOIRE
    LES ITALIENS EN FRANCE (1914-1918) 
    Les Chemins de la mémoire - Le Corps expéditionnaire italien
    Lorsque la guerre éclate à l’été 1914, des italiens se portent volontaires pour servir dans l’armée française. Ils forment un régiment de la Légion étrangère, surnommé « le régiment des Garibaldiens » en souvenir de Giuseppe Garibaldi, le héros de l’Indépendance italienne, venu lutter aux côtés des Français pendant le guerre de 1870. Six de ses petits-fils se sont d’ailleurs engagés dans cette unité, dont deux seront tués au combat. Le régiment est dissous au printemps 1915.
    Conformément au pacte secret de Londres, signé le 23 avril 1915, l’Italie déclare la guerre, le 23 mai 1915, à l’Autriche-Hongrie et le 23 août 1916 à l’Allemagne. Sur leurs théâtres d’opérations, les Italiens se battent dans les Dolomites et le Frioul, sur le Piave, l’ Isonzo, au Plateau d’Asiago. Les généralissimes Cadorna puis Diaz les commandent. En Adriatique, la marine royale affronte la flotte autrichienne.
    Le 24 octobre 1917, les empires centraux brisent le front italien à Caporetto. Leur avance ne sera arrêtée qu’à la mi-novembre sur le Piave où arriveront bientôt les renforts franco-britanniques. Les 6 et 7 novembre 1917, les Italiens Orlando et Sonnino, respectivement président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, Lloyd George, Premier ministre anglais, Painlevé, Président du Conseil français, ainsi que les Généraux Porro, Robertson et Foch, tiennent à Rapallo une conférence pour tenter d’unifier le commandement et la stratégie des Alliés. Le lendemain, en présence du roi Victor-Emmanuel III un pacte met en place un Conseil supérieur de la guerre, assisté d’un Comité militaire constitué des généraux Diaz, Wilson et Foch, chargés de résoudre les problèmes urgents.
    En 1918, l’Italie respecte ses accords avec ses alliés, lorsqu’au plus fort des offensives allemandes, le besoin crucial d’effectifs se fait sentir sur le front Ouest. Elle envoie en France près de 41.000 hommes et des milliers de travailleurs des compagnies d’auxiliaires militaires.


10